En mode Full Vanilla

Mes lunes sont arrivées dimanche. Chaque mois avec une nouvelle compréhension. Cette fois ci elles ont annoncé: Je saigne du temps et de l’énergie de partout. Si je perdais l’équivalent en sang, j’en aurais pour 6 heures à vivre. Ou 4.

Tous les jours je m’assoie pour pratiquer la guitare pendant 20 minutes. Au bout de 10 secondes je me relève. Parce que d’un coup il y a un truc hyper important à faire là tout de suite. Un truc irrésistible:
– m’attacher les cheveux
– ajuster ma chaise
– enlever les plis de ma housse de couette
– me détacher les cheveux
– me brosser et attacher les cheveux à nouveau
– aller aux toilettes
– boire un verre d’eau
– changer de t-shirt
– mettre des chaussettes
– enlever les chaussettes pour sentir l’air circuler sur mes pieds
– noter une liste de trucs à faire
– regarder par la fenêtre, j’ai entendu un chat
– dégivrer du poisson

Dans les 20 minutes je pourrais probablement gérer un tour du monde. Et passer moins de 12 secondes à la guitare.

Quand je donne de l’attention à quelqu’un d’autre, je peux enchainer 2 heures d’affiler sans sourciller, même arrêter de respirer s’il le faut. Je donne sans compter, et souvent sans que les autres me le demandent. J’offre des questions pertinentes, de bons conseils, une généreuse dose d’énergie, d’enthousiasme et sourires.

Jusqu’à ce que je tombe. Epuisée. Triste. Désespérée.
Et je recommence tous les jours

Je me dis que demain ça va être différent
Que c’est facile, je sais ce que j’ai à faire, et puis c’est juste 20 minutes.
Mais ça ne l’est pas, et je ne sais pas, et ce n’est pas rien.

C’est Incroyable
Effrayant
Hors de question

Si la Vanille, c’est le temps et l’énergie que je m’accorde, et le chocolat le soin que j’apporte aux autres, ma coupe serait vide. Rien ne la remplit.

Je dois passer en mode Full Vanilla (Going Full Vanilla)